Vous êtes ici : Accueil / Devenir hébergeur / Témoignages

Devenir hébergeur

Témoignages

Voici quelques témoignages écrits, en photos et en vidéos de ce qu'est la cohabitation intergénérationnelle.

 

Corinne (55 ans), fille de Marie (84 ans), en cohabitation Classique.

« Depuis le décès de papa, notre mère était seul dans sa grande maison et cela commençait à lui peser. Ma sœur et moi ne vivons pas très loin, mais nous travaillons et avons nos propres vies à gérer. L'association nous a présenté Léa, 30 ans, arrivée en Loire-Atlantique pour son travail. Je suis rassurée par sa présence et maman a retrouvé l'appétit. Une complicité est née entre elles deux. Choisir l'habitat partagé peut paraître un pari audacieux, mais le résultat en vaut vraiment la peine ! »

 

Stéphanie (42 ans), 1 enfant, en cohabitation Classique.

« J'élève seule mon fils qui est encore trop jeune pour rester seul à la maison. La présence d'une personne capable de s'occuper de lui en mon absence est très importante pour moi. Actuellement c'est Amélie, étudiante, qui est présente à la maison. Je trouve dans la cohabitation, la convivialité et le partage avec autrui. Auprès de l'association, j'apprécie la qualité d'écoute et l'approche rigoureuse où rien n'est laissé au hasard. C'est très rassurant d'être en présence de professionnels. »

 

Colette, 95 ans, en cohabitation Classique.

« Depuis le décès de mon mari, et malgré la présence de ma fille qui est ma voisine, je ne supportais pas de dormir seule, je trouvais cela angoissant. Mais je ne voulais pas déranger ma fille et mon gendre, ils ont leur vie. La cohabitation c’est une sécurité. Et aussi le plaisir de garder un contact régulier avec la jeunesse : quand on sort peu, on perd vite le fil ! Cela permet de garder le rythme : se lever, cuisiner, savoir que quelqu’un va rentrer le soir. Aujourd'hui, je vis dans un domicile services mais grâce à mes hébergés, j’ai pu rester chez moi 10 ans de plus ! »

 

Georges et Danielle, 74 et 71 ans, en cohabitation Parcours.

« On a vu un article dans le journal et on a eu envie de se lancer. Travailler avec Le temps pour toiT est rassurant pour le cadre. Nous accueillons Laurent et Jean-Baptiste. Le matin et le soir, on est en contact, dans la cuisine, dans les pièces partagées. Nous ne dînons pas ensemble tous les soirs mais quand ça arrive, les conversations sont agréables ! Il y a de la vie dans la maison et de la jeunesse au quotidien. Cela peut aussi constituer une petite rentrée d’argent pour compléter une retraite, et puis c’est de la compagnie pour les personnes seules. »

 

Elisabeth, 70 ans, en cohabitation Parcours.

« Je souhaite avant tout rendre service. Quand j'ai connu l'existence de l’association, ils recherchaient un hébergeur pour une jeune de 21 ans dans l'ouest de Nantes, en alternance. Si cela avait été ma petite fille j'aurais aimé que quelqu'un lui rende ce service. »

 

Camille et Guillaume, parents de 2 enfants, en cohabitation Parcours.

« Nous avons un deuxième étage dans notre maison que nous n'utilisions pas. Cela n'avait pas de sens de le laisser vide, et pour nos 2 petites filles, accueillir Laura leur fait aussi voir un autre horizon. Laura aime beaucoup la musique et quand elle joue du piano, les filles sont ravies. Concernant le quotidien, nous partageons le dîner en famille avec Laura. Elle est discrète et autonome, c'est un réel plaisir. Elle a déjà rencontré une grande partie de la famille et nous sommes invités à dîner chez sa maman en Vendée prochainement ! »
Cohabitations, mode d'emploi

Constituer un duo, l'accompagner, le quotidien, vos réponses ici, en vidéo.

Les autres vidéos
Vincent & Jeanne

Vincent Jeanne