Vous êtes ici : Accueil / Actualités / "Jeunes, Vieux, sortons du cadre !"

Top Actualites

"Jeunes, Vieux, sortons du cadre !"

200 personnes de tous horizons réunies autour de la question des représentations... Belle réussite pour le colloque organisé par Le temps pour toiT à l'occasion de ses 10 ans ! En attendant le compte rendu complet en cours de rédaction, voici un bref résumé de cette journée.
"Jeunes, Vieux, sortons du cadre !"

Une graphiste a mis en dessin les réflexions et idées du jour

Pour le Pr Gilles Berrut (Chef du Pôle Gérontologie du CHU Nantes et Président du Gérontopôle Pays de la Loire), nos 65 ans et plus sont une chance !

Ils font émerger de nouveaux besoins et une nouvelle économie créatrice d’emplois (800 000 en 2020), la silver économie, nécessitant de nouvelles compétences à former dès maintenant. Mais il nous met aussi en alerte sur le système de soins actuel : en secteur hospitalier, l’objectif de 60% en ambulatoire n’est pas adapté aux personnes âgées qui ont besoin de temps ; d’autres mutations sont nécessaires, à l’image de ce jeune interne en ophtalmologie à qui le Pr Berrut a rappelé : “ derrière l’oeil, la personne ! ”. Il faut porter un regard multiple sur la personne âgée (somatique, cognitif, psychique), “ “ apprendre la personne ”, s’intéresser à sa cognition et ses altérations possibles, en amont des pathologies afin de répondre au mieux à ses besoins. Et obtenir conjointement un financement au parcours et non plus à l’acte.

Le vieillissement normal n’existe pas, il dépend des moments, des rôles, des lieux. Vieillir c’est se réconcilier avec le temps. Il faut donc inventer une nouvelle manière de se réconcilier avec le temps.

Pour Serge Guérin, sociologue spécialiste du vieillissement et professeur à l’INSEEC Paris, c’est le regard de l’autre qui nous donne un  âge - “ pas de ton âge, plus de ton âge ” - et les vieux ne sont plus ceux d’hier. Il faut repenser la société, hors clivage actifs/inactifs, et reconnaître l’utilité des générations en post-activité professionnelle, dans leurs cités, leurs familles, leurs tissus associatifs ou politiques locaux, tout en ayant envie de vivre pour eux-mêmes, aussi.

Pour l’un et l’autre, “ il faut penser le territoire avec les pieds ” (S.Guérin), en partant de l’écoute des besoins, avec commerces, associations, plates-formes autour de l’hôpital, à l’échelon du quartier, là où se pose la question du vivre ensemble. La mixité intergénérationnelle - à l’image de Le temps pour toiT - et plus largement la mixité sociale et culturelle en sont les principaux leviers.

Lors de la 1ère table ronde, les professionnels de l’aide à la personne ont partagé leur volonté d’ouvrir les frontières et de coopérer. Comment ? En ouvrant les portes des EHPAD (hébergement temporaire, chambres pour les familles, A/R des résidents domicile/institution), en mutualisant les moyens (restauration, lieux..) avec les communes, associations, institutions. En coopérant dans le secteur de l’aide à domicile, avec Le temps pour toiT en particulier pour répondre ensemble et 24h/24 aux demandes des personnes âgées.  Et si l’hébergé, présent régulièrement, pouvait contribuer à évaluer la situation de la personne âgée à domicile ? Le Pr Berrut propose aussi une coopération en amont pour évaluer les pertes cognitives de nos publics âgés et ainsi mieux les accompagner à domicile ou en institution.

Conscients de leurs responsabilités, les intervenants de la 2ème table ronde ont expliqué comment ils tentaient, chacun dans son domaine, de faire tomber les clichés : dans les medias, en montrant ce qui ne se voit pas et en valorisant l’importance sociale des jeunes et seniors qui “ font tenir le monde debout ” ; dans le marketing, en ciblant la personne et ses centres d’intérêt et non plus son âge car il est difficile de communiquer pour une cible qui ne se reconnaît pas âgée ; dans l’action publique, en mettant en mouvement les personnes âgées tout en répondant à leurs besoins - au-delà du sanitaire - et en valorisant les ressources qu’elles représentent pour la cité. Chacun étant un futur vieux, il faut aussi revisiter nos propres représentations, le changement personnel et l’éducation permettant de réelles impulsions pour réussir les changements plus profonds, ensemble !